Risque épizootique de l'Influenza aviaire en France :

attentionLe 5 novembre 2021 : Le risque épizootique est qualifié d' ELEVE sur l'ensemble du territoire métropolitain.

Ce qu'il faut savoir sur l'influenza aviaire | Office français de la biodiversité (ofb.gouv.fr)

 

 

 


05-11-2021 ;  Le niveau de risque est modifié par Arrêté ministériel du 04-11-2021, pour devenir "élevé" sur tout le territoire métropolitain

L'influenza aviaire est en phase de circulation active en Europe, et tous les couloirs de migration qui concernent la France sont concernés. Même s'il n'y a plus pour l'instant de cas sur notre territoire (dernier cas sauvage en France : 3 mai 2021 ; dernier cas en élevage de volailles au printemps 2021; dernier cas en basse cour/oiseaux d'ornement : 15 sept 2021), le niveau de risque est modifié depuis aujourd'hui par Arrêté ministériel, pour devenir "élevé" sur tout le territoire métropolitain.


10-10-2021 ;  La gestion du risque adaptée aux pratiques de chasse, arrêté du 17 septembre 2021

Après de longues et fructueuses négociations entre notre Fédération nationale et le Ministère de l'agriculture, il sera désormais possible, pour la grande majorité des détenteurs, de transporter et d'utiliser leurs appelants, même en cas de risque modéré et de risque élevé.

C'est une grande satisfaction. Toutefois, elle a été obtenue en échange de certains engagements.

Les changements apportés par cet article révisé :

1. Plus d'interdiction avec dérogation mais une autorisation sous condition

Désormais, il n'y a plus d'interdiction de transport et d'utilisation des appelants pour la chasse au gibier d'eau lors de l'élévation du risque, mais une autoristaion de transport et d'utilisation des appelants en fonction de la catégorie à laquelle on appartient avec des conditions à respecter (traçabilité, biosécurité renforcée, plan d'analyse en fin de saison sur un échantillon qui sera défini plus tard en fonction des objectifs poursuivis).

2. Définition de 3 catégories de détenteurs d'appelants pour la chasse au gibier d'eau

Trois catégories de détenteurs d'appelants pour la chasse au gibier d'eau sont définies comme suit :

  • Catégorie 1 ; regroupant des détenteurs qui détiennent en plus de leurs appelants, 15 autres oiseaux au plus (basse-cour ou oiseaux d'ornement) et qui n'est pas en lien épidémiologique avec un établissement à finalité commerciale ;
  • Catégorie 2 ; regroupant des détenteurs qui détiennent en plus de leurs appelants, plus de 15 autres oiseaux mais qui n’est pas en lien épidémiologique avec un établissement à finalité commerciale ;
  • Catégorie 3 ; regroupant des détenteurs qui sont en lien épidémiologique avec un établissement à finalité commerciale, quel que soit le nombre d’appelants détenus.

3. Obligation de déclaration des détenteurs d'appelants pour la chasse au gibier d'eau

Au-delà de l’obligation de baguage des appelants et de déclaration des détenteurs d’appelants pour la chasse au gibier d’eau (AM 29/12/2010), les détenteurs d’appelants devront renouveler cette déclaration, en précisant la catégorie dans laquelle ils se trouvent, avant chaque saison de chasse, à la FDC du département du lieu de détention. Cette déclaration entraînera l’émission par la FDC d’un récépissé qui permettra au détenteur de prouver cette déclaration en cas de contrôle.

4. Mesures de biosécurité à respecter en risque modéré et élevé

  • Seuls les appelants d’un unique propriétaire ou détenteur sont présents simultanément sur un même lieu de parcage ou hutte de chasse en plus des appelants présents à demeure dans les parcs.
  • Le propriétaire ou détenteur d’appelants respecte les mesures de biosécurité permettant de prévenir tout risque de diffusion du virus de l’influenza aviaire entre les appelants et les volailles domestiques ou autres oiseaux captifs (article 4 AM 01/08/2006) et prend toutes les dispositions nécessaires pour éviter la contamination des appelants pendant et après la chasse, et la contamination des oiseaux domestiques qu’il peut détenir par ailleurs.
  • En risque modéré ; Lorsque le niveau de risque est « modéré » soit dans le lieu de détention soit dans le lieu de chasse, le transport et l’utilisation des appelants sont autorisés y compris dans les zones à risque particulier :
    • en respectant les mesures de biosécurité citées ci-dessus et
    • en limitant le nombre d’appelants transportés et utilisés à 30, les appelants restant toute la saison sur le site de chasse ne sont pas comptés dans ces 30.
  • En risque élevé ; Lorsque le niveau de risque est « élevé » soit dans le lieu de détention soit dans le lieu de chasse, le transport et l’utilisation des appelants sont autorisés dans le respect des mesures de biosécurité citées ci-dessus, y compris en zones à risque particulier, pour les catégories suivantes :
    • les appelants d’un propriétaire ou détenteur de catégorie 1, dans la limite de 30, hormis les appelants présents à demeure sur le site de chasse
    • les appelants déjà présents sur le site de chasse des propriétaires ou détenteurs des catégories 2 et 3 (sans transport).

5. Plan d’analyse des appelants pour la chasse au gibier d’eau ayant été utilisés en risque élevé

Les appelants utilisés pour la chasse en niveau de risque « élevé » seront soumis à un plan d’analyses en fin de saison sur un échantillon qui sera défini d’ici la fin de saison, en fonction des objectifs poursuivis (article 3 AM 01/08/2006).

10-09-2021 ; Les informations du jour :

La France relève le niveau de risuqe face à la progression de l'infection en Europe : voir le communiqué de presse du Ministère de l'agriculture et de l'alimentation du 9/09/2021.

De ce fait, des mesures de prévention sont rendues obligatoires à compter du 10 septembre dans les communes situées dans des zones dites à risques particulier (ZRP), c'est à dire abritant des zones humides fréquentées par les oiseaux migrateurs.

  • Mise à l'abri des volailles ;
  • interdiction de rassemblement d'oiseaux (pour les concours par exemple) ;
  • interdiction de faire participer des oiseux originaires de ZRP à des rassemblements organisés dans le reste du territoire ;
  • autorisations limitées des transports et d'introduction dans le mileiu naturel de gibiers à plumes et de l'utilisation d'appelants ;
  • interdiction des compétitions de pigeons voyageurs ;
  • vaccination obligatoire dans les parcs zoologiques pour les oiseuax ne pouvant être confinés ou protégés sous filtet.

Ces mesures sont accompagnées d'une surveillance clinique quotidienne dans tous les élevages (commerciaux et non commerciaux).

 


Texte de réfèrence relatif aux niveaux du risque : 
Arrêté du 16 mars 2016 relatif aux niveaux du risque épizootique en raison de l'infection de l'avifaune par un virus de l'influenza aviaire hautement pathogène et aux dispositifs associés de surveillance et de prévention chez les volailles et autres oiseaux captifs.
Communes de la Mayenne en ZRP : voir la liste des communes en Mayenne.

  

 

 

Pour en savoir plus :

MESURES DE LUTTE CONTRE L'INFLUENZA AVIAIRE HAUTEMENT PATHOGENE